jeudi 29 juillet 2010

un interlude encor

Un interlude, voici que vous êtes bien !
Il fait soleil de cette température parfaite où l'air est doux
Vous êtes, debout dans le jardin, la brise est légère
Et vous n'avez pas froid, ni chaud puisque la température est parfaite
Avec un ciel bleu, un cumulus fragile vogue
Vous admirez la perle de rosée aux pétales de l'hortensia bleu
Vous êtes beau dedans votre âge, d'une beauté calme et douce
Vous n'avez pas mal, vous ne ressentez pas la faim,
Vous êtes à ce moment précis en accord avec vous-même
Votre jubilation se contient avec une tendresse prudente
Vous êtes bien, vous vous le dites sans affèterie,
Pas la moindre mièvrerie, n'ombrage votre front sage et pur.

Vous avez vu la ronce qui se fraye un chemin, qui insiste
Vous lui pardonnez d'avance et vous souriez, juste à peine
Étonné touché de voir, que cette année le magnolia vous donne deux fois des fleurs
Vous êtes seul au Monde mais vous attendez les autres,
Vous êtes dans les ondes aimantes et fluides de vos amis,
Et votre amour qui vient vers vous entend déjà la mélodie
D'un univers qui apaise sans affaiblir, il y a du bois pour l'hiver
Et le vin sagement sait vieillir

Vous êtes ainsi dans le jardin, debout dans ce moment, un siècle
Déjà vous savez que vous n'oublierez jamais cet instant
Ce bonheur où vous êtes unis, vous, votre vie et votre corps
Vous savourez, vous cueillez pour les souvenirs

Les draps sèchent tranquillement sur le fil tendu à l'oblique
Forcément vous avez respiré le doux parfum et la tiédeur
Plus tard, vous ferez votre lit dans ce parfum d'herbe et la couleur
C'est là que vous dormirez après lui avoir fait l'amour

Un interlude vous êtes passé au jardin
Vous respirez, retenez les parfums,
S'il faut des mots que ce soit simple, souriez
Vous chantonnez et vous ne pensez, à rien …

dimanche 25 juillet 2010

interlude

Juillet suspend son vol
Mais les cris d'oiseaux
Des gouttes d'eau en brume légère sur le carreau
Mais l'impatience retenue
A peine,
Puisque j'attends ta voix, tes yeux, ton sourire
Ou bien
Mais le ciel laiteux
Signe l'attente
Mais