mardi 9 août 2011

Adieu l'Angèle !

Fermer la porte, quitter la maison,
Replier sagement le paillasson
Laisser l'Océan, les oiseaux
Les histoires de plage et de rochers
La ville sérieuse des bretons replets
Tout ce qui sera bientôt dans la malle à souvenirs
Et tout ce qui saura se faire oublier
Pas les amis de Bannalec
Pas les sourires
Ni ton premier baiser...
Et puis laisser,
La Steir pour le Buech
Le biniou pour le galoubet
C'était beau, nous aimions les dunes, les tempêtes
Un peu moins l'orgueil, les regard en dessous

Mais nous rentrons chez nous, sans rancune, ni amertume,
Sans tristesse mais pas sans affections,
Nous rentrons à la maison !
Dans la vallée du ciel ouvert
Au pays des mille dimensions
Côté soleil, côté montagne
Côté calcaire, côté torrent
Nous rentrons chez nous vous dis-je
Angèle, ne pleurez pas, restez cousine de la mémoire
Nous rentrons chez nous
Ne soyez pas surpris
Nous vous l'avions dit
Fermée, la porte est fermée
Nous sommes déjà sur la route
Avec les livres dans la soute
Et déjà, sans l'ombre d'un doute
Le grand jardin et ses étoiles
Nous vous écrirons demain
Ici, c'est fermé,
Viendrez vous rue des Pommiers ?