mercredi 9 février 2011

Sous fifre

Sous - fifre dans la palanquée
Laquais claquemuré dans les dorures
Les cocktails mondains me désabusent
Les mandibules des légionnaires
Tintinnabulent dans le vestiaire fort peu
Révolutionnaire
Chacun a sa breloque
son goupillon
son œil de verre
sa croix de guerre,
Les thuriféraires jamais ne sanglotent que pour un peu d'onction
de componction
le fond d'un verre,
Caporal à la cape râpeuse
Saurais-je m'échapper de ma sombre vareuse
Et vers l'avant-scène océane
Ou le plateau nu des cigales
M'enfuir et me sauver ?
Ô bel amour !
Pourvu que ma joie demeure,
A tes mains
Ils sont vieillards pour l'heure
Et suintent dans les salons
Leurs dentiers cliquètent au crustacé décapode
Nous sommes à leur antipode
Petit Sous-fifre, fifrelin désargenté, orphelins du siècle ?
Peut-être !
Mais
Amoureux
Et ton sel salvateur
Lucide
Me libère
En février déjà palpite ton cœur aux prémisses printanières