vendredi 13 mars 2009

à marée basse

La nuit à marée basse, je me réveille
L'aimant de mon amant l'Océan m'attire et me tire
Hors du lit des rêves
L'océan mêle le sang des morts
De tous mes morts accumulés
M'entraine
Palme maternelle d'eau et de sel
Etreinte ultime d'un désir fatal à ma promesse
J'irai mourir debout dans l'eau au petit jour
Je marcherai vers les fonds marins
Vers une Amérique impossible

Ou bien
Sous le croissant d'argent,
Sur la plage immense
Je resterai là parce que ta main revenue
Retiendra la mienne du chant des sinistres sirènes

Et ce qui fait peur deviendra beau
Nos doigts mêlés
Ton sourire mouillé
Nous rentrerons à la maison
Au chaud dans nos "je t'aime"

mercredi 11 mars 2009

aux grandes marées

Aux grandes marées je suis énervé
Comme un gamin à la veille de Noël
Mon coefficient de tendresse jubile
Aux vagues éclatées sur la Pointe de la Torche

Par l'Odet l'eau remonte et déborde
Comme le sang, de joie, noie mon coeur
Que croyez-vous que mon âme transporte ?
La mer ramène mes chavirés, mes marins, mes cordages brisés
Ma vie remonte par mes veines et le sel pique ma mémoire
Je suis mouillé, je suis rincé, je suis trempé sur mon rocher
Face au soleil, à la claque du vent, au vertige de la lame
Je suis debout dans mon désordre, enfin prêt
A l'amour