samedi 13 septembre 2008

par la providence

Descendre par la Providence, là où fleuri, le Steir baigne ses veines de Soleil.
Mille bavardages y font leur joie.
Dans les échoppes les jeunes gens rient.
C'est un bout du Monde.
Tout s'y rassemble et consolerait presque de ton absence.